UA-86577180-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

Rendez-vous de février 2017

PERMANENCE du conseil le jeudi de 10h à12h.

Prendre rendez vous au 07 69 20 55 46.

 

PERMANENCE TELEPHONIQUE 07 69 20 55 46.

Laissez un message un conseiller vous rappellera.

 

MERCREDI 1

20h au Fust groupe gospel

 

 JEUDI 2

10h30 à12h au Fust : conseil presbytéral

17h chez Leenhardt : groupe du 500 ème

 

VENDREDI 3

14h au Fust : groupe de l’amitié ‘’mémoire de la paroisse’’

 

SAMEDI 4

14 h au Fust :Evangile et liberté

 

DIMANCHE 5

Culte des familles à Puy st Martin

 

MARDI 7

18h30 à 19h30 au Fust : groupe de prière

 

MERCREDI 8

9h30commission sociale de l’entraide chez Suzon colin

Itinéraires spirituel : 14h30 chez Honegger et18h chez  Nani

 

JEUDI 9

14h au Fust groupe des visiteurs

 

SAMEDI 11

18h à 22h soirée eocumenique des jeunes

 

DIMANCHE 12

10h15 : Culte

 

MARDI 14

19h au Fust : conseil presbytéral. Groupe de prière

 

MERCREDI 15

20H au Fust : Groupe gospel

 

JEUDI 16

19h au Fust : Coordination GPS

 

DIMANCHE 19

10h 15 culte

 

MARDI 21

18h30 au Fust : groupe de prière

 

JEUDI 23

17 h chez Cook : Itinéraire spirituel

 

DIMANCHE 26

10h15 Culte  avec cène. Journée d’offrande

 

MARDI 28

18h30 au Fust : groupe de prière

 

ASSEMBLEE GENERALE DE LA PAROISSE DIMANCHE 19 MARS

24/12/2016

Rendez-vous de janvier 2017

DIMANCHE 1ER

PAS DE CULTE  à Montelimar.

 

MARDI 3

18h30 au temple : prière liturgique.

 

MERCREDI 4

20h au Fust : groupe gospel.

 

VENDREDI 6

14h au Fust : rencontre du groupe de l’amitié.  ‘’ LES CONTES’’.

 

SAMEDI 7

14h : Evangile et Liberté.

16h30 au Fust : assemblée d’information des paroissiens sur la situation actuelle, avec la participation de Mr Mazet, trésorier régional et Partage de la galette des rois.

 

DIMANCHE 8

10h 15 : Culte des familles. Repas partagé, éveil à la foi.

 

LUNDI 9

17h chez JJ  Leenhardt : Groupe 500 ans de la Réforme.                                                                       

 

MARDI 10

18h30 au temple : prière liturgique.  20h30 : au Fust Commission musique.

 

MERCREDI 11

9h30 au Fust : commission sociale de l’entraide protestante.

18h chez les Nani : Itinéraire spirituel.

 

JEUDI 12

14h au Fust : groupe des visiteurs.

19h : Conseil presbytéral.

 

VENDREDI 13

19 h : groupe de jeunes.

 

DIMANCHE 15

10h15 : culte.

 

MARDI 17

18h30 au temple : prière liturgique.

 

MERCREDI 18

14h30 chez les Honegger : Itinéraire spirituel.

20h30 au Fust : groupe gospel.

 

JEUDI 19

17h30 chez les Coock : itinéraire spirituel.

 

VENDREDI 20

20:30 Eglise méthodiste 12 rue L. Aragon. Soirée Biblique ‘’Quand Dieu se raconte’’ avec D. Marguerat.

 

SAMEDI 21

de 9 à13h salle de l’église catholique de st James .Rue Jean Jaurès : Rencontre œcuménique biblique avec D. Marguerat.

 

DIMANCHE 22

10h30 Palais des congrès : Célébration œcuménique.   

 

MARDI 24

18h30 au temple : prière liturgique.

 

VENDREDI 27

19h : groupe des jeunes.

 

DIMANCHE 29

10h15 : culte avec sainte cène.

 

MARDI 31

18h30 au temple : prière liturgique.

27/11/2016

Rendez-vous de décembre 2016

VENDREDI 2

14h au Fust : rencontre du groupe de l’amitié.  Mireille Tourneux,  parle de la cimade.

 

SAMEDI 3

14h au Fust : Evangile et liberté.

de 19h à 21h au Fust : parcours alpha pour les jeunes.

 

DIMANCHE 4

10h 15 : Culte des familles et repas partagé, puis éveil à la foi.

 

LUNDI 5

14 h au Fust : préparation fête de noël de l’entraide.

 

MARDI 6

Culte de Noël à la maison de retraite de Cruas.

 

MERCREDI 7

16 h au Fust : commission sociale entraide protestante.

Suivie à 18h30 : d’une rencontre coordination paroisse/entraide.

17h chez JJ Leenhardt : réunion groupe 500 ans reforme.

19h au Fust : groupe de prière.

 

JEUDI 8

14h au Fust : groupe des visiteurs.

 

VENDREDI 9

16h30 : concert gospel à  La manoudière.

de 19 à 21h : parcours alpha pour les jeunes.

 

SAMEDI 10

de 8h à 12 h : collégiale ste croix stand librairie œcuménique.

16 h : concert gospel à Aubignas.

 

DIMANCHE 11

10h15 : culte, repas paroisse et jour d’offrande.

 

MARDI 13

18h30 : conseil presbytéral et groupe de prière.

 

MERCREDI 14

Fête de noël de l’entraide protestante.

20h au Fust : groupe gospel.

 

SAMEDI 17

13h : Mariage de Antsatiana Ramiandrisoa et Nomeny rasolorijoana.

de 19h à 21h au Fust : parcours alpha pour les jeune.

Chants de noël dans les rues de Montélimar. Œcuménisme.

 

DIMANCHE 18 

10h 15 : culte.

 

MARDI 20

de 18h30 au Fust : groupe prière.

 

DIMANCHE 25

10h15 : culte de Noël avec sainte cène.

31/10/2016

Rendez-vous de novembre 2016

VENDREDI 4

14h au Fust : rencontre du groupe de l’amitié.  

19h à 21h parcours alpha pour les jeunes.

 

SAMEDI 5

14h au Fust : Evangile et liberté.

 

DIMANCHE 6

10h15 à Puy St Martin : Culte des familles.

 

MARDI 8

18h30 au Fust : groupe de prière.

19h au Fust : conseil presbytéral.

 

JEUDI 10

14h au Fust : groupe des visiteurs.

 

SAMEDI 12

Toute la journée : parcours alpha pour les jeunes.

 

DIMANCHE 13

10h15 : culte.

 

MARDI 15

18h30 à 19h30 au Fust : partage biblique.

 

MERCREDI 16

20h au Fust : groupe Gospel.

 

JEUDI 17

14h 30 au Fust : préparation de la décoration de Noël.

 

VENDREDI 18

14H30 au Fust : préparation de la décoration de Noël.

 

SAMEDI 19

19h à 21h au Fust : parcours alpha pour les jeunes.

 

DIMANCHE 20

10h 15 : culte.

 

MARDI 22

18h30 à 19h30 au Fust : partage biblique.

 

VENDREDI 25

14h30 au temple : installation de la décoration de Noël.

 

SAMEDI 26

19h à 21h au Fust : parcours alpha pour les jeunes.

 

DIMANCHE 27

10h15 : culte.

17h au temple : concert de l’avent avec Muriel Gontard.

 

MARDI 29

18h30 à 19h30 au Fust : partage biblique.

 

MERCREDI 12

20h au Fust : groupe Gospel.

 

29/10/2016

Prédication du 16 octobre 2016

Prédication de Bernard Massias

Texte : Luc 18/1-8

 Lien vers le texte de la prédication

Texte de la prédication du 16 octobre 2016

Prédication de Bernard Massias sur Luc 18/1-8

 

Il est à la mode d’accabler les juges et les magistrats ! Ce n’est pas nouveau..

 

Le récit de Luc est très vraisemblablement marqué par le fonctionnement de la justice dans son temps. Mais cela ne me semble pas avoir une très grande importance pour comprendre ce que Luc veut nous dire.

 

Pour cela il faut remonter en arrière de notre texte : Jésus a annoncé et promis la venue du royaume et du règne attendus. Or ce royaume et ce règne ne s’établissent pas miraculeusement. C’est pourquoi les pharisiens ont demandé quand ils viendraient. Jésus a répondu : mais il est là ! Parmi vous. Visibles dit Luc à travers le ministère de Jésus. Mais ils ne le voient pas. Il y a donc les pharisiens, figures des puissants, des castes.

 

Et puis il y a les disciples.  Jésus, nous dit Luc, leur annonce qu’ils ne verront pas le « jour du Fils de l’homme ». Que faut-il comprendre ? Luc parle aux disciples de son temps, aux premières paroisses de l’Église primitive. Luc s’adresse à des paroisses qui voient disparaître la première génération des apôtres, à une Église qui voit naître des communautés questionnées par leur rapport au temps qui passe car Jésus ne revient pas. Et par la foi dont elles doivent rendre compte dans le monde qui est le leur et qui change.

 

A ces paroisses Luc annonce que Jésus reviendra « comme l’éclair, à son jour », le moment venu. Et là il faudra être prêt.

 

Mais, dans le même temps, et c’est toute l’habileté de Luc, il rappelle un élément décisif de l’Évangile : Avant de « revenir comme l’éclair », Jésus doit souffrir beaucoup : Il y a le vendredi saint. L’habileté de Luc, c’est de nous raconter le chemin de Jésus vers la croix en même temps qu’il dit à l’Église de son temps : « Vous aussi, aujourd’hui » vous attendez la venue du Royaume, mais il est là. Et avant sa venue : il y a le Vendredi Saint ! Celui de Jésus et.. le vôtre !

 

Cela s’adresse exactement de la même manière à notre Église aujourd’hui : Comme le Christ vous cheminez vers la croix et c’est elle qui est le lieu du Jugement. La croix est le premier horizon.

 

Je voulais préciser tout cela avant d’aborder notre parabole sur la nécessité de prier constamment et de ne pas se décourager. C’est l’introduction de Luc.

 

Et il ne faut pas perdre de vue, non plus la conclusion de Luc : Mais le Fils de l’homme quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

 

En partant de l’introduction on voit bien le problème qui est posé : la prière s’offre à nous comme un refuge, un temps de « retrait du monde » où nous pouvons nous ressourcer, trouver le « pain » de chaque jour pour la nourriture de nos âmes et la force d’affronter un quotidien qui est chaque jour plus rude, plus marqué du sceau de l’injustice, plus violent et menaçant.

 

Et le juge est sourd. Il ne veut rien entendre de cette femme qui lui casse les oreilles. Il finit pourtant par céder. Alors si lui, qui est une lâche canaille, finit par céder à combien plus forte raison Dieu lui-même va-t-il se dépêcher d’exaucer nos prières.

 

Il est gentil Dieu de se dépêcher autant. Il est bien bon..

 

Jésus a tant prié, a été si souvent à l’écart... et voici qu’il  achève sa vie dans un grand cri : « Pourquoi m’as-tu abandonné »,

 

Où es-tu Dieu, à Auschwitz, à Alep, et demain à Mossoul ! Où es-tu ? Le temps de l’épreuve ne serait-il pas assez long ? Job, avec tous les souffrants, n’en finit pas de se colleter avec Dieu.

 

Alors oui, on peut, on peut et on doit s’indigner contre un monde où les puissants se fichent comme d’une guigne des petits, sauf en période électorale. Les « veuves », les « orphelins », les « exclus », les « réfugiés », « les oubliés », « les silencieux » et autres lépreux sont là à s’époumoner... Ce serait une image de Dieu ce juge ?

 

Il me semble qu’il ne peut pas être confondu avec ce juge et je ne crois pas que Luc ait fait cette confusion. Dieu est ailleurs, avec la veuve et avec tous les autres : les « sans-dents » et les « sans-papiers », les « sans domicile fixe » et les « sans-abris », les « sans-familles » et les « sans-travail ». Oui, il est avec eux. Il est « eux » !

 

Et ceux-là ils ne croient plus, et depuis longtemps, dans les juges indifférents ou faussement conciliants. Ils crient ; ils crient leur colère : « Pourquoi ne réponds-tu pas ? » !

 

La veuve demande justice. Et elle se fait l’écho même de Dieu, de son attente et de sa loi : Rappelez-vous la parole du prophète : Voici le culte auquel je prends plaisir dit Dieu : « brise les chaînes injustes, dénoue les liens de tous les jougs, délivre ceux qu’on opprime, mets fin à toute servitude ; partage ton pain avec celui qui a faim, recueille dans ta maison le malheureux sans asile, couvre celui qui a froid et ne détourne pas de ton frère.. Alors la lumière se lèvera comme l’aurore !

 

Elle dit ce qui est juste et ce qu’elle attend de juste. Elle dit contre les juges ce que les prophètes ont proclamé. Elle dit ce que Dieu lui-même a dit. Et c’est parce qu’elle crie que même les juges, les pharisiens, les puissants finiront par lâcher prise !

 

Que nous dit Luc sur la prière : Elle est d’abord écoute. Ecoute patiente d’une parole dite par Dieu. Parole méditée. Parole prise au mot. Parole du cœur à cœur, du corps à corps avec Dieu.  Jacob au corps à corps avec l’ange de Dieu. Moïse soutenu dans son combat par Hour et Aaron. Samuel tenu en éveil.  Jésus priant à Gethsémané. Luc ne nous rien d’autre que Paul lorsque celui-ci écrit à Timothée. Prier c’est d’abord écouter, recevoir, méditer.

 

Et c’est ensuite s’engager et combattre. Et là nous sommes au cœur de la foi. La foi ce n’est pas d’attendre que Dieu fasse ce qu’il a promis. Un jour. La foi c’est aujourd’hui et maintenant de lutter sans relâche pour ce qui est juste, pour ce qui est vrai. La foi c’est de mettre en pratique ce qui est tenu pour vrai. Ce n’est pas de croire en un dogme, une vérité, une parole, une loi. C’est un engagement.

 

Lorsque Jésus meurt sur la croix. Le jugement de tous est prononcé. Le Fils de l’Homme, Jésus, n’a pas trouvé la foi sur la terre et il en meurt. Ses disciples n’ont pas pu veiller avec lui à Gethsémané. Ils se sont dispersés. Pierre s’est esquivé. Tous sont loin. Une génération plus tard, les disciples de l’Église primitive pourraient bien baisser les bras. Comme nous, parfois, aujourd’hui et ici. « Dis quand reviendras-tu …? chantait Barbara.

 

En attendant, seul, Jésus crie ! Il crie comme la veuve contre son juge. Il crie avec elle. Il s’engage jusqu’au bout de sa vie. C’est cela la foi. La vérité de Jésus. Celle qui fait justice. Va-t-on en rester à ce cri ?

 

Or, nous dit Luc, le juge a lâché prise. Enfin. Quelque chose a bougé dans le monde au jour du Vendredi Saint. Des femmes, encore elles se sont emparé du cri de Jésus et l’on continué, au sens ou Sœur Myriam parle de continuer l’Évangile. Ce sont d’abord les femmes du matin de Pâques, suivies enfin par les disciples.. Mais l’Évangile continue : Ici ou là, il y a des signes qui montrent que le cri de la veuve et que le cri du vendredi saint ne sont pas le dernier mot de Dieu sur la vie, sur nos vies et sur le monde.

 

Un juge, au temple, a reconnu que le lépreux n’est plus exclu. Un préfet a  donné des papiers. Un maire a réquisitionné des logements. Un enfant a été soigné et guéri. Un rapprochement familial a consacré des retrouvailles. Un homme a été embauché. Des mains se sont tendues et se sont trouvées. Du pain a été partagé. Des animaux ont été épargnés. Des champs ont été  nettoyés. Des ruisseaux ont retrouvé leur limpidité. Une trêve a suspendu un bombardement. Une langue nouvelle a été enseignée et apprise.

 

Signes d’une prière engagée qui a trouvé son accomplissement. Signes d’une vérité qui a été reconnue. Signes d’une foi qui, comme une fleur, parvient à percer le macadam au bord de la route. Signes d’une foi qui finit par s’imposer contre toute évidence, contre toute logique, contre toute indifférence, contre tout égoïsme.

 

Signes que tout est possible.

 

C’est aussi l’assurance que le cri porté par notre Entraide Protestante de Montélimar-Le Teil sera, ici ou là, un jour entendu.

 

C’est aussi l’assurance que notre engagement a un sens,  parce qu’il est vrai, parce qu’il est enraciné dans cette loi que Dieu nous a confiée et qui est une loi d’amour.

 

Tu protesteras pour Dieu, rappelait le professeur André GOUNELLE, dans une récente conférence sur les fondements du Protestantisme.. Tu protesteras pour Dieu et tu protesteras pour l’Homme. Ou encore : Tu aimeras Dieu.. Tu aimeras ton prochain.. C’est cela la foi. La vérité de l’amour. La foi que le Fils de l’homme s’inquiète de trouver à sa venue.

 

On pourrait encore et encore s’attarder sur ce temps qui n’en finit pas de porter tous les cris des hommes et des femmes qui demandent justice. Dieu n’a pas d’autre puissance que celle de nos bras et de nos forces. En Jésus de Nazareth il nous a transmis un appel : M’aimes-tu ?

 

L’inquiétude de Dieu, portée par cette question de Jésus à Pierre, nous engage dans le combat pour l’amour et pour la vie. Engager sa foi, n’était-ce pas, cela ? Amour vrai et fidélité.

 

M’aimes-tu demande Jésus ? Alors dans le combat de ta prière.. Que dis-tu ? Sois vrai.

 

Amen.

01/10/2016

Rendez-vous d'octobre 2016

TOUS LES MARDIS

18 h30 au Fust : groupe de prière.

 

SAMEDI 1

14h au Fust : rencontre du groupe "évangile et liberté".

 

DIMANCHE 2

10h 15 : culte présidé par Jacqueline Cook.

 

MERCREDI 5

9h30 : commission sociale de l’entraide protestante.

20H au Fust : Gospel ensemble.

 

JEUDI 6

de 20h à 21h au Fust : rencontre avec les personnes intéressées par les repas 3x3.

 

VENDREDI 7

14h au Fust : rencontre du groupe de l’amitié.

 

SAMEDI 8

conseil presbytéral.

 

DIMANCHE 9

10h 15 : Culte des familles, catéchèse.

 

MERCREDI 12

17h : réunion du groupe’’ 500 ans de la Reformation’’.

 

JEUDI 13

19h au Fust : conseil presbytéral.

 

VENDREDI 14

20h 30 au Fust : Envoi des itinéraires SPI par une conférence sur les grands principes du protestantisme, par le professeur A Gounelle.

 

DIMANCHE 16

10h 15 : culte.

17h au temple : concert la réformation "Résister ensemble"  Fabienne Maduro et Annie Leenhardt à l’orgue, Sylvain Combe, Jacqueline Cook et Bernard Scheidegger, lecteurs.

 

MARDI 18

18h30 au Fust : réunion d’information dur l’entraide protestante en présence du président et du directeur général.

 

MERCREDI 19

20h au Fust : Gospel ensemble.

 

DIMANCHE 23

10h 15 : culte avec sainte cène.

 

DIMANCHE 30

10h15 : culte.

Calendrier 2016-2017

Cliquer sur ce lien pour accéder au calendrier

25/09/2016

Prédication du 25 septembre 2016

Prédication de Pierre-André Schaechtelin

Texte : Luc 16. 19 à 31

Lien vers le texte de la prédication

Texte de la prédication du 25 septembre 2016

Luc 16. 19 à 31 - Montélimar - Pasteur Pierre-André Schaechtelin

 

Cette histoire racontée par Jésus de l’homme riche et du pauvre Lazare ne me laisse pas tranquille. Et je pense que c’est une histoire qui est faite pour ça : elle est faite pour ne pas nous laisser tranquilles.

Vous avez dans les Evangiles des paraboles qui nous laissent tranquilles, et encore… : la parabole du mouton perdu et retrouvé, la parabole de la semence qui pousse toute seule, et quelques autres.

Mais la plupart du temps les histoires que raconte Jésus n’ont pas pour but de nous rassurer, mais de nous faire réfléchir, de nous mettre devant nos responsabilités : je pense à la parabole des invités de la dernière heure, à la parabole des talents…

Et ce matin, la parabole qui veut nous placer devant nos responsabilités, et qui ne peut pas nous laisser tranquilles, c’est celle de l’homme riche et du pauvre Lazare.

 

Une raison pour laquelle cette parabole ne nous laisse pas tranquille, c’est qu’elle parle de richesse et de pauvreté.

Et ça, c’est un sujet hautement délicat car il est rare de rencontrer quelqu’un qui se reconnaisse comme étant riche.

Dans notre société occidentale, bien des gens reconnaissent qu’ils ne sont pas pauvres, mais rares sont les personnes qui se considèrent comme des riches.

A nos yeux, ce sont les autres qui sont riches, pas soi-même, parce que c’est très lourd à porter le statut de riche, surtout si on considère le sort du riche dans la parabole de ce matin.

 

Revenons un peu sur l’histoire de cet homme, même si on n’en connaît pas grand-chose :

Il y avait donc un homme riche,

un homme qui faisait du chiffre

et qui vivait chaque jour de faire la noce.

C'était là tout son horizon, le but de son existence.

Il vivait pour lui-même, complaisamment installé dans ses biens, et il pouvait faire la fête.

Le riche ne s'était peut-être jamais rendu compte,

N’avait peut-être jamais réalisé que Lazare gisait à sa porte.

Il ne l'a jamais considéré comme un homme avec lequel il pouvait entrer en relation et partager.

Il l'enjambait et ne le voyait pas.

Ainsi, ce n'est pas tant l'abondance de biens qui caractérise le riche,

mais bien son refus de communication, de relation et de partage.

 

Cela m’inspire trois commentaires :

 

Le premier commentaire pour dire que l’homme riche aimait l’argent et en était aveuglé.

Il était comme les pharisiens mentionnés dans les versets qui précèdent notre parabole.

Qu’est-ce qu’on nous dit au sujet de ces personnages ?

On nous dit : les pharisiens aimaient l’argent et ricanaient au sujet de Jésus.

C’est donc sûrement pour eux que Jésus raconte l’histoire du riche et du pauvre Lazare.

Mais n’oublions pas que si c’est pour eux, c’est aussi pour nous.

Car il peut nous arriver d’adopter le comportement du riche de la parabole.

Ce riche de la parabole aimait l’argent plus que Dieu.

Or Jésus venait d’avertir son auditoire que l’on ne peut servir Dieu et l’Argent.

Le riche de la parabole aimait aussi l’argent plus que son prochain.

C’est pour cela qu’il ignorait même le pauvre Lazare qui était couché à sa porte.

Ce que je veux souligner en disant que l’homme riche aimait l’argent,

C’est que son problème à l’homme riche n’est pas tant la quantité d’argent qu’il possède,

Son problème c’est le type de relation qu’il entretient avec cet argent.

Cet argent qui aurait dû rester serviteur de Dieu et du prochain,

Et qui se retrouve ici le maître de l’homme riche,

lui qui passait son temps à se choisir des habits précieux et à faire la noce quotidiennement.

Cette parabole interroge donc notre relation à notre argent,

quelle que soit la quantité que nous en avons.

L’argent est-il pour nous, comme il devrait l’être, un serviteur dans notre vie,

ou bien est-il devenu un maître qui gouverne notre manière de vivre ?

Cette parabole nous concerne tous,

car elle rend attentif à l'importance du partage

pour ne pas rester prisonnier de nous-mêmes

et ne plus jamais pouvoir en sortir.

 

Mon deuxième commentaire portera sur Lazare, l’homme pauvre de la parabole.

Il est pauvre mais il porte un nom.

L’homme riche a de grands biens, mais dans la parabole il ne porte pas de nom.

C’est un être anonyme, sans autre identité que son statut de riche.

L’homme pauvre porte quant à lui le nom de Lazare,

ce qui signifie « Dieu aide ».

Quel humour cynique de s'appeler « Dieu aide » et de vivre sa vie dans la misère.

Quelle aide a-t-il donc reçu de Dieu ?

Je dirais que cet homme, seul devant cette porte, ne cesse de chercher la relation à l'autre.

Sa vie dépend de la relation à l’autre, et à Dieu.

Il n’a rien d’autre sur quoi s’appuyer :

Il a juste un nom qui lui rappelle que Dieu ne l’a pas abandonné.

Cela nous permet de découvrir que Dieu ne nous promet pas une vie sans souci, sans malheur.

On peut même y être plongés jusqu'à l'extrême comme cet homme Lazare.

Pourtant ce qu'on ne perd pas,

c'est notre identité, notre nom,

notre conscience que la pauvreté n’éloigne pas Dieu de nous, au contraire.

 

Mon troisième commentaire,

C’est pour dire qu’un jour notre vie en arrivera à un point de non retour.

Ce point de non retour est exprimé dans notre histoire par des mots simples :

Le pauvre mourut et fut emporté par les anges au côté d’Abraham, là où il y a de la vie !

Le riche aussi mourut, fut enterré et se retrouva au séjour des morts.

Et si je parle de point de non retour,

c’est qu’il n’y a plus de passage pour aller de l’un à l’autre.

Alors, quelle déduction vais-je en tirer ?

Je crois que cette histoire n’est pas là pour semer la terreur,

mais pour nous faire réfléchir.

Cette histoire n’est pas une description du paradis et de l’enfer,

mais elle est un avertissement pour aujourd’hui.

Ce que laisse entendre cette histoire, c’est que aujourd’hui il est encore temps de changer.

Aujourd’hui il est encore temps de convertir, de réorienter nos cœurs et nos comportements,

Vis-à-vis de Dieu et les uns vis-à-vis des autres.

Et si c’est vrai concernant notre rapport à la richesse,

C’est aussi vrai concernant le partage de nos capacités, et de nos dons spirituels.

Oui, c’est la bonne nouvelle de cette parabole :

Si demain je mourrai, ce qui est une chose certaine,

Aujourd’hui je suis encore en vie,

et je peux encore y changer quelque chose à l’état d’esprit dans lequel je vis. 

C’est pourquoi je peux vous transmettre cette exhortation de l’épître aux hébreux :

Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs,

Car c’est aujourd’hui le jour de votre salut,

C’est aujourd’hui que notre conversion à Dieu est encore possible, amen.