UA-86577180-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EPUdF Montélimar

Facebook: eglisereformee.montelimarleteil

Parmi les convictions communes à tous les chrétiens, les protestants insistent sur trois principes, essentiels à leurs yeux.


Dieu aime sans conditionLe sens et la valeur profonde de notre vie ne dépendent pas de nos actes, ni même de notre morale ou de notre ferveur religieuse. Quels que soient nos succès et nos échecs, Jésus-Christ nous fait connaître Dieu comme un Père, qui fait confiance et qui aime. Cette conviction, que l’on résume parfois dans les expressions de "salut par grâce" ou "salut par la foi", est source d’une profonde liberté intérieure. Elle invite à l’engagement, personnellement et dans la société.



Pour connaître Dieu, lisons la Bible: La Bible (Ancien et Nouveau Testaments) est la référence ultime pour connaître Dieu, son amour et sa volonté. Chaque chrétien est appelé à la lire, seul et en communauté, avec toutes les ressources de son intelligence et en demandant à Dieu de l’aider par son Esprit.



Tous les chrétiens sont associés à Jésus-Christ; Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Il n’y a pas d’intermédiaires obligés : saints, clergé, rites, etc. Les chrétiens sont donc, tous et "à égalité", liés au Christ. Par conséquent, ils sont tous co-responsables de la vie de l’Église, de l’annonce de l’Évangile, de leurs choix éthiques, etc. C’est ce que les protestants appellent le "sacerdoce universel" des chrétiens.




L’Église locale est responsable: La dimension la plus visible et la plus proche de l’Église, c’est le rassemblement d’hommes et de femmes qui habitent le même quartier, la même ville ou le même secteur. Chacune de ces Églises locales (ou "paroisses") est dirigée par un "conseil presbytéral" de six à vingt membres élus par l’assemblée générale. Ce conseil est le véritable animateur de la vie de l’Église locale, dans le cadre des règles de vie de l’Église réformée de France. La personne qui le préside n’est en général pas le pasteur. Celui-ci en est membre de droit.



Les Églises locales sont solidaires entre elles : La vie de l’Église dépasse la réalité locale. Elle existe aussi entre les paroisses, entre les régions et même au-delà. C’est ce qu’exprime la dimension dite synodale de l’Église réformée de France ("synode" vient d’un mot qui signifie : faire route ensemble). Le synode régional rassemble chaque automne les délégués, pasteurs et laïcs, des Églises locales de la région. II donne ses orientations à la vie régionale, émet des avis en direction du synode national, élit un conseil régional qui assure la continuité, etc. Le synode national, qui se réunit habituellement au printemps, est principalement composé des délégués, pasteurs et laïcs, des huit régions de l’Église réformée de France. II définit les grandes orientations, exprime la foi et la pensée de l’Église réformée de France, fixe les règles de vie interne de l’Église, élit un conseil national, etc.



Partager pouvoirs et responsabilités : Pour les protestants, l’organisation de l’Église est une question seconde par rapport à la foi. Elle n’est donc pas immuable mais doit chercher à associer au mieux le plus grand nombre des chrétiens à la mission de l’Église. Dans ce but, les protestants réformés ont mis sur pied ce système, dit "presbytérien-synodal". Créé au XVlème siècle, où il fut alors assez "révolutionnaire", il a été sans cesse adapté depuis. II est fondé, en somme, sur un principe simple : Jésus-Christ est le seul chef de l’Église et personne n’est dépositaire de cette autorité. C’est pourquoi les pouvoirs et les responsabilités sont partagés au sein de l’Église, afin que le plus grand nombre de membres soit associé à la recherche de la décision la plus fidèle à la volonté de Jésus-Christ. Ce discernement se fait dans le débat et la prière.



Quelques données sur l’Église réformée de France... : L’Église réformée de France compte environ 350.000 membres, dans 400 Églises locales réparties en 8 régions. 450 ministres, hommes et femmes, sont en activité : pasteurs dans les Églises locales, aumôniers d’hôpitaux ou de prison, biblistes, animateurs jeunesse, etc., mais aussi envoyés dans des Églises et associations proches (Cimade, Alliance biblique, Églises étrangères, etc.). Le conseil national est présidé depuis mai 2010 par le pasteur Laurent SCHLUMBERGER.

Interêts

Eglise, Evangile, Protestantisme, Montélimar